Carnet de bord 3 : Les Grenadines (Bequia/Mustique)

 

 

Aout 2018
Bon, comme d’hab je commence par le plus dur! Avec Alex nous avons passé des moments plus que tendus comme jamais nous n’avions vécu! Durant 2 jours il était très stressé et vraiment dur, il avait tendance à être méprisant et toujours dans les reproches. Il peut être un peu comme ça mais après il s’excuse grave, et là il semblait assumer le truc. Moi j’essayais de faire au mieux et j’avais l’impression qu’il n’était jamais content. En fait il avait l’impression de tout porter, c’est vrai qu’il gère beaucoup de choses et comme il les fait, je le laisse faire mais je gère de mon côté plein d’autres choses. Il est aussi un peu seul quand le groupe electrogène ne marche plus, je ne suis pas d’une grande aide. Et il est tout le temps sur mon dos « t’es bien au cap? » « t’es à combien de tour minute? » « le profondimètre il fonctionne bien? » et là, si je m’aperçois qu’il ne fonctionne plus alors qu’il marchait 5 mn avant, je le sens tellement saoulé comme si je faisais pas attention aux choses alors que j’aurais fini par le voir! J’ai moi aussi le sentiment de porter beaucoup de choses et qu’il ne s’en rend pas compte et quand il est en colère je trouve ça injuste donc ça me rend hyper agressive. Bref, on a passé deux jours horribles et heureusement que Seubyne était là, elle m’a beaucoup soutenue et valorisait vraiment tout ce que je pouvais donner et qu’il ne voyait pas.
 
Le calme après la tempête...
Parfois je trouve Alex trop prudent, il pense toujours au pire, il voit des accidents partout et il n’est jamais dans le plaisir. Et il était d’autant plus comme ça, qu’avec Seubyne on était trop en mode fofolles. Je sais qu’au fond il a raison mais il faut aussi savoir prendre du plaisir et profiter. Bref, tout fonctionne bien sur le bateau et depuis deux jours il est redevenu normal c’est à dire génial. Je m’étais surprise à le detester et ça m’a fait très très peur. Je crois que la fatigue y est pour beaucoup, je compare ces crises de couple à ceux qui viennent d’avoir un bébé et qui pêtent des cables en reprochant à l’autre de pas être assez soutenant.
On commence à vraiment bien maitriser le bateau et je m’étonne de trop kiffer quand ça va vite! Alex veut tout de suite réduire les voiles et moi je veux trop aller encore plus vite! C’est génial de tracer par la seule force du vent!
Seubyne, tu la mets sur une plage de gravas avec des déchets partout, elle est contente. Alors je vous laisse imaginer ici, elle est tout le temps ravie et c’est un vrai bonheur! En plus elle nous aide grave et ça change tout d’avoir deux bras en plus! Elle adore nager (c’est une championne d’apnée), et on a les mêmes gouts pour tout, du coup c’est l’osmose parfaite et on passe des vacances de rêve.
Nous sommes retournés voir le bébé poulpe, il est resté très timide et n’est pas du tout venu nous voir. C’est peut être mieux ainsi, qu’il se méfie des humains… Nous avons fait une grosse journée de nav pour aller en dessous de saint Vincent (l’ile coupe gorge) et nous sommes maintenant à Béquia, l’île la plus au nord des Grenadines. Les gens sont trop gentils, ça nous change!
On visite un peu la ville, on est allé voir une épave avec notre annexe, Alex a fait plein de photos, on va sur les plages voir le coucher du soleil… On a une chance inouie de pouvoir vivre tout ça.
 
Le Pizza Hut local!
 
 
En arrivant sur bequia, un type est venu prés du bateau en zodiac avec un appareil photo et un zoom téléobjectif enooorme, comme les paparrazzis! Il prenait Diatomée en photo toutes voiles sorties! Trop bonne idée le mec! Après il vient nous vendre les photos quand on est au mouillage! Et évidemment c’est très dur d’avoir des photos de ton voilier qui navigue alors on était trop content. (c’est le même prix que les photographes de plage c’est à dire hors de prix!) mais c’est une super idée pour se faire de la thune!
 
En navigation on a aperçu des globicéphales (énorme dauphin noir au melon arrondi comme les bélougas) et il y a beaucoup de fous (des oiseaux!) qui tournent autour du bateau pour chasser les petits poissons volants que le voilier effraie! Mais sinon c’est pas la folie.
Tous les matins on se goinfre de mangues, d’ananas, de bananes et de goyaves et même avec toutes ces vitamines, on se traine une énorme fatigue de fond si bien que si on va au lit à 9h, à 9h05 on dort et on se réveille à 8h30. Le temps de nager et de déjeuner on est opérationnel vers 11H! Et comme il fait nuit noire à 19h, les journées sont trop courtes! On essaye de se lever plus tôt mais c’est dur! Et on se couche aussi rarement à 21h!!!
Alex est au taquet pour faire de l’eau avec le taud de pluie, et évidemment, dès qu’il le met il ne pleut jamais. C’est censé être la saison des pluies et il fait très beau et très sec. Ici c’est la basse saison et les mouillages sont vides c’est trop bien!
On trouve que Diatomée est le plus beau des bateaux de la baie! (Bon ok y'a pas beaucoup de bateaux...)
 
Nous sommes maintenant à Moustique, l’ile des milliardaires! C’est un truc de malade ici c’est le paradis! Les plages sont magnifiques, désertes, ombragées par les cocotiers. Depuis ce matin j’ai vu des limaces de mer, un poisson pierre, des raies, un poulpe, tortues, requin…pfff j’en ai plein les yeux! C’est une île avec des villas de milliardaires, certaines stars peuvent privatiser l’ile et on ne peut pas y mettre les pieds, heureusement là ce n’est pas le cas. Le gazon est tondu au millimètre près entre les cocotiers, les plus petites boutiques prennent l’american express et personne ne nous saute dessus pour avoir un pourboire (ça repose un peu). Il y a des tortues terrestres partout sur l’ile!
 
 
Et je vous laisse avec le dessin de Gé, mon beau frère, suite au carnet de bord 2
 
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© La Route Salée