Navigations autour de Coiba

 

 

 

 

Février 2021

Après avoir passé le canal de Panama avec Paul, nous sommes restés 3 jours à Panama City pour ravitailler le bateau. Deux autres amis d’enfance d’Alex vont venir nous rejoindre et nous devons être complètement autonomes en boissons et bouffe pour 5 personnes durant  15  jours. Ce qui veut dire concrètement que nous devons acheter 130 canettes de bières!!!!! Nous en stockons partout : tiroirs des chambres, sous le plancher et derrière le canapé! Alex achète une planche de surf et un seul paddle car la seule marque vendue coûte très chère! Nos deux anciens paddles ont explosé sous la chaleur…, le vendeur nous dit d’ailleurs de ne pas le laisser gonflé à bloc au soleil.

J’en profite la journée pour squatter la piscine du Hilton, tellement, que je finis par rester enfermée dedans! Avec le Covid de nouveaux horaires sont appliqués et le temps que je me douche, tout était verrouillé!!!! Sans wifi, je dois appeler Alex qui doit appeler l’hôtel pour me libérer car je n’avais aucun moyen de sortir… Heureusement que personne ne m’a demandé mon numéro de chambre…

Côme et Jeff nous rejoignent donc sur Diatomée, les retrouvailles sont émouvantes, surtout que Jeff vit au Chili depuis 7 ans! De la bande, il ne manque que Vinz et Alexis…

 

 

 

 

Reconnaissez-vous ceux qui ont pu venir sur Diatomée?

 

 

 

 

À peine nos invités ont posé les pieds sur le bateau, nous attaquons notre navigation vers le nord, avant la frontière du Costa Rica pour profiter du parc national de l’île de Coiba! Il faudra deux jours et une nuit de navigation! Le vent est avec nous, et même s’il y a pas mal de vagues, le bateau trace sur l’eau! 

 

 

 

Au départ du Balboa Yacht Club à Panama City.

 

 

 

 

Je fais mon quart de nuit avec Côme et je suis hallucinée de voir à quel point il ressemble à Alex! Côme navigue aussi depuis longtemps, il a pour habitude de passer ses vacances sur un petit voilier de 6,50 mètres avec sa femme et leurs 3 enfants, sans frigo ni toilettes!!!! (Par comparaison, Diatomée fait 18 mètres!). Pendant le quart de nuit, Côme est debout non stop, derrière la barre, éclaire régulièrement la voile pour être sûr que tout soit optimal! Pendant ce temps là, j’avoue que je pique du nez, un peu assommée par mes nouveaux cachets magiques anti mal de mer!

 

 

 

Nous avons la chance de voir le lever du soleil! 

 

 

 

 

 

Je ne suis plus du tout malade et pour moi c’est comme une résurrection! Je peux même être très active pendant les navigations: cuisine, ménage et tri des photos! Peut être que les séances d’hypnose y sont aussi pour quelque chose.

Mais bon, deux jours c’est un peu long et la blague redondante du séjour sera « plus que 28 jours! » , en nous projetant dans la future transpacifique…

Nous arrivons à L’île de Cebaco dans l’après-midi, la mise à l’eau est un peu décevante car aucune visibilité, mais nous faisons une longue balade sur la plage sauvage, les garçons montrent leurs beaux muscles en ouvrant les noix de coco, nous  buvons l’eau à l’intérieur si délicieuse! Paul aime s’aventurer pieds nus dans la brousse mais quand même, il tape des mains et pousse des cris pour effrayer les éventuels animaux « dangereux » ce qui me fait mourir de rire! Les garçons ont même pensé à apporter des bières fraîches à boire sur la plage!

 

 

 

 

 

Le lendemain, notre moteur de dinghy peine à nous mener jusqu’au récif corallien, il y a visiblement un problème que nous n’arriverons pas à résoudre les jours suivants. Nous profitons quand même de cette première plongée avec les poissons pas vus depuis si longtemps…et une première pour Polo qui n’avait jamais mis de masque de sa vie!!! Les perroquets géants tournent les yeux dans notre direction tout en restant en bas et nous font trop trop craquer!

 

 

 

Imaginez son petit oeil qui se tourne vers vous…<3

 

 

 

 

 

Nous changeons assez vite d’endroit, conscient des merveilles qui nous attendent et nous nous retrouvons tout prés du continent, à Santa Catalina, paradis des surfeurs! Nous mouillons prés d’une petite île juste en face de Santa Catalina, face à une plage qui grouille de Bernard l’hermite. 

 

 

 

 

 

 

Les garçons sont aux anges et louent des planches de surf 2 jours de suite! Ils ont tous déjà surfé sauf Paul qui arrivera quand même à se mettre debout! La deuxième journée, je préfère rester seule au bateau et avancer sur mes montages vidéos entre 2 balades avec les poissons! Les garçons reviennent avec plein de fruits et légumes pour ma plus grande joie!

 

 

 

 Alex va tester son nouveau surf…

 

 

 

Santa Catalina nous fait beaucoup pensé à Bocas Del toro, tout est coloré et de bon goût!

 

 

 

Le paradis se mérite…il y a 20 mn de marche pour arriver à playa Estero, parfaite pour les surfeurs débutants.

 

 

 

 

 

 

Des voisins canadiens nous conseille d’aller sur Isla Del canales de Afuera dont aucun guide ne parle, il y a plusieurs îlots et après 4 heures de navigation, nous posons l’encre dans un des plus beau paradis qui soit:

 

 

 

 

 

 

 

Non seulement la plage a un sable d’une finesse incroyable, mais la végétation nous immerge dans le film Jurassic Parc avec le chant des oiseaux en supplément. Sous l’eau c’est tout aussi beau, du corail à foison, des poissons de toutes les couleurs, une tortue à  chaque fois qu’on tourne la tête et notre premier requin pointe blanche! Nous sommes estomaqués!!!!

 

 

 

Jeff et le requin pointe blanche qui porte bien son nom.

 

 

 

 

Cela a un prix et les rangers viennent en bateau nous faire payer l’entrée au parc national pour Diatomée et chaque personne à bord. Le prix diminue subitement quand Alex demande une facture… Je ne suis pas certaine que l’argent qu’on donne en cash serve à préserver la faune et la flore du parc…!!! Mais grâce aux rangers, nous allons vivre une des plus belles expériences de notre vie, ils nous indiquent où nous pouvons trouver des requins baleines…le rêve de Jeff!

Nous y allons en dinghy avec l’autre moteur, le moins puissant mais qui fonctionne mieux, Polo nous suit en paddle, encore une première pour lui et franchement il se débrouille grave bien.

 

Arrivés sur le rocher, il y a beaucoup de courant, comme souvent ici avec les marées. A peine à l’eau, Alex nous dit voir un requin baleine passer juste en dessous! Nous l’observons depuis la surface et le suivons. Jeff et moi allons le filmer en apnée. Le courant nous emmène vite assez loin et Alex se sacrifie en allant récupérer ceux qui sont en difficulté avec le paddle et en restant dans le dinghy pour surveiller tout le monde. Nous croiserons d’autres requins baleine qui apparaissent comme par magie sous nos yeux dans l’eau trouble et très chargée. Très lentement ils ondulent leur caudale de droite à gauche avec force et tranquillité . On dirait qu’ils sont au ralenti, ils restent calmes et plutôt indifférents à notre approche, Jeff les qualifie de « MAJESTUEUX »! 

 

 

 

 

 

 

Nous avons l’immense chance d’apercevoir aussi un balai de raies mobula. Après un an sans faire d’apnée, j’en chie grave pour suivre et filmer tous ces animaux!!!! Et le courant est puissant, nous devons être très vigilants et réactifs dans l’eau. Polo qui n’est pas encore très à l’aise avec les palmes, le masque et le tuba aura la chance de voir les requins pointes blanches qu’il n’avait pas encore vu! Nous revenons sur Diatomée complètement émerveillés par ce que nous venons de vivre. Pour Alex et moi, c’est un rêve qui se concrétise, celui d’aller à la rencontre des animaux marins par nous même.

 

 

 

 

 

 

J’ai l’impression parfois de ne pas assez profiter car je pense tout le temps à filmer, que ce soit sous l’eau ou sur le bateau. Je pose des caméras un peu partout pour capter des scènes de vie, les garçons ont l’impression d’être dans « loft story »! Mais je sais qu’après au montage de mes vidéos, je suis trop contente d’avoir toutes ces images.

Nous ne pouvons pas rester sur cette île qui appartient au parc national de Coiba car c’est le week-end et c’est confinement total, le parc est fermé. En attendant d’y retourner lundi, nous allons passer 2 jours à Islas Secas. Ce sera notre plus belle navigation…

 

 

 

 

 

 

Nous croiserons une fois de plus des dauphins tachetés pantropicaux avec qui nous tentons une mise à l’eau mais le temps de mettre les masques ils avaient disparu car un bateau à l’arrêt ça n’a aucun intérêt! Les dauphins Tursiops truncatus (Flipper) viennent aussi jouer à l’étrave, ils sont absolument énooooormes! Nous verrons des tortues, des raies sauter hors de l’eau et…une baleine à bosse et son baleineau!!!! Ils sont remontés en surface tout prés de notre bateau et nous avons été surpris par le bruit de leurs souffles! Nous les avons suivies un petit moment mais elles semblaient chercher à s’éloigner de nous donc nous n’avons pas insisté. Il est plutôt rare d’en voir à cette période car ce sont celles qui viennent du nord. La haute saison des baleines est de juin à octobre et concerne celles qui viennent de l’Antarctique. 

 

 

 

 Dauphins tachetés Pantropicaux (Stenella attenuata)

 

 

 

 

Il n’est pas toujours simple de s’étaler de la crème solaire partout!

 

 

 

 

 

 

Polo a une très forte personnalité. Il dit ce qu’il pense sans barrière. Si quelqu’un efface ses larmes discrètement, il dira « t’as pleuré? », quand Alex lui explique longuement le nom de tous les poissons, il dira très gentiment qu’il ne les reverra pas de si tôt et que ça ne lui sert à rien de savoir tout ça. C’est un peu déroutant mais en fait ça rend les relations saines, claires et apaisantes. Il carbure à la bière, à la cigarette, aux livres et à la viande! Parfois nous avons un peu peur qu’il nous claque entre les doigts quand il enchaîne paddle, natation et surf! Que des choses nouvelles pour lui en plus! Il est très bienveillant  et pose toujours un regard sur la vie extrêmement positif. Il est terrorisé à chaque sortie de carnet de bord où il sait que je vais parler de lui!

 

 

 

 

 

 

 

Côme est d’une extrême gentillesse et aide beaucoup Alex pour la navigation et les problèmes de bateau. Il est très drôle et les blagues fusent avec Polo! Une otite l’empêche de pleinement profiter des fonds marins durant plusieurs jours… Mais il se console en pensant au prochain shipchandler où il ira dépenser tout son argent!

 

 

 

 

 

 

 

Jeff est davantage solitaire et rêveur, il passe tout son temps dans l’eau ou sur le paddle à l'affût de la moindre rencontre animale, il me fait beaucoup penser à moi! Tous les soirs il regarde longuement les étoiles et profite de chaque instant sur le bateau car au Chili il travaille énormément et prend très peu de vacances. C’est notre traducteur/interprète officiel car il parle couramment espagnol.

Ils participent tous très activement à la vie du bateau : vaisselle, rangement, ménage, mise à l’eau du dinghy, des moteurs, fixer la table extérieure, manoeuvre de navigation… Cela rend la vie à bord fluide et très agréable!

 

 

 

 

 

 

 

 Nous mouillons dans une baie en face du seul resort de l’île. Nous espérons trouver du wifi et faire un bon resto. Nous y allons à la nage et découvrons un magnifique hôtel complètement désert et envahit d’iguanes! Nous finissons par trouver le gérant qui est complètement flippé de nous voir tous débarquer et nous demande de garder les distances à cause du covid. Nous n’avons pas le droit d’aller à terre à cause du confinement et nous sommes priés de vite retourner à bord! J’ai quand même eu le temps de visiter tout l’hôtel en douce:

 

 

 

 

 

 

 

Du coup nous changeons de mouillage car le sable est tout boueux et la baie entourée de mangroves, ce qui n’est pas l’idéal pour le snorkeling. Nous allons un tout petit peu plus loin et découvrons un autre endroit de rêve: une presqu'île qui devient île à marrée haute. Le spectacle de ce paysage est incroyable! A chaque fois, nous débarquons sur le sable avec nos palmes à la Robinson Crusoé et découvrons des endroits encore plus beaux que tout ce qu’on avait pu imaginer! Car nous sommes toujours seuls, il n’y a aucun autre bateau, et très très peu de plastique car la côte Pacifique est beaucoup moins exposée que la côte Atlantique. 

 

 

 

 

La bande de sable est recouverte à marée haute.

 

 

 

 

 Nous trouvons de nombreux morceaux de bois flotté somptueux que nous ne pouvons malheureusement pas ramener…

 
 
 
 
 

 

 

 

Nous faisons une balade en forêt qui nous mène jusqu’à la piste d’aéroport de l’île qui ne sert que pour les clients du resort!!! 600$ la nuit quand même…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au coucher du soleil je vais faire un tour en paddle en pagayant longuement à contre courant puis je m’assois et me laisse ramener en ne faisant rien d’autre qu’être assise au milieu des vagues. Puis j’aperçois des poissons qui sautent en surface, signe qu’ils se font chasser par en dessous. Je vois plein d’ailerons et je pense voir des requins. Je reprends ma pagaie pour m’approcher et ce sont en fait des dauphins! Je trace vers eux mais ils s’éparpillent assez vite. Deux viennent me voir et font des sauts! Je n’en reviens pas!!!! Avec le coucher du soleil derrière c’est ultra cliché mais quand on le vit vraiment c’est assez ouf!

 

 

 

 

 

 

 

Le confinement du week-end est terminé, il est temps de retourner à Coiba!

 

 

 

 

Nous préparons chaque navigation la veille et partons tôt le matin!

 

 

 

Nous avons tout le temps de prendre le p’tit déj une fois le bateau parti!

 
 
 
 

Pendant les navigations, certaines habitudes sont plus bizarres que d’autres!

 

 

 

 

 

 

 

Cette fois-ci aucun signe de vie durant les 5 heures de navigation… Nous mouillons prés du plus bel endroit pour le snorkeling : Isla Granito de Oro:

 

 

 

 

 

 

 

Il y a encore beaucoup de courant, et nous qui nageons toujours sans palme, là, nous ne les quittons plus! Chaque plongée est riche en rencontres: tortues, requins pointe blanche, banc de barracudas, de poissons chirurgiens, baliste géant, carangues curieuses…nous passons des heures dans l’eau!

 

 

 

 

Jeff est celui qui passe le plus de temps dans l’eau!

 

 

 

 

 

Nous nous arrêtons aussi vers des îles plus au nord: islas cocos où les rangers nous proposent une balade sur l’île de Coiba. 

 

 

 

 

Et oui…même sur les îles désertes…!!!!

 

 

 

 

Nous faisons alors la connaissance de Tito, la mascotte de l’île:

 

 

 

J’ai envie de m’approcher plus mais il parait que c’est dangereux…

 

 

 

 

 

 

Lors d’un snorkeling sur les petites îles cocos, je m’apprête à plonger vers un requin pour faire une photo avec Alex quand il me dit « y’a un truc qui flotte derrière toi! » « c’est juste un morceau de bois! » « t’es sûre? C’est pas un crocodile? » « Euh…si grave!!!!! »!! Un énorme crocodile de la taille de Tito flottait à la surface tout prés de nous! Nous sommes restés tout prés des îles en surveillant les alentours… Les rangers nous ont confirmés la présence de nombreux crocodiles qui n’est signalée sur aucun de nos guides et la dangerosité de l’animal!!!!!

 

 

 

 

 

 

Pour finir en beauté nous passons la dernière nuit au surf camp de Santa Catalina car Jeff et Côme prennent un taxi tôt le lendemain pour se faire tester à panama City avant de reprendre leur avion. Au programme: surf, resto et beaucoup d’alcool pour cette dernière soirée dont les garçons auront du mal à se remettre…

 

 

 

 

Oasis surf Camp à Santa Catalina.

 

 

 

 

 

 

 

Avec Alex, nous nous posons à l’hôtel pour profiter du wifi, se laver les cheveux, écrire le carnet de bord et régler les derniers problèmes concernant la Polynésie. Les dérogations pour venir en bateau en Polynésie étaient toutes acceptées et depuis hier, elles seront toutes refusées sauf besoin impératif de s’arrêter sur ces îles. Nous devons donc justifier les missions de Diatomée prévues là bas. Paul reste un peu à Santa Catalina avant de reprendre son avion pour Paris. Avec Alex nous allons encore profiter de Coiba et de ses alentours avant la transpacifique si notre dossier est accepté…

A suivre!

 

 

 

 

Nous sommes ravis que tout se soit aussi bien passé. Une avarie peut facilement nous bloquer plusieurs jours et quand nous avons des invités à bord qui ont des impératifs de temps il faut que tout se passe au mieux!

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© La Route Salée