Tahaa

 

 

 

Juin 2022

 

 

 

 

 

 

 

Alex tout juste parti direction Paris pour photographier les plongeurs de haut vol au pied de la tour Eiffel, me voici seule à bord de Diatomée!

 

 

 

 

 

 

 

J’ai choisi de rester à Tahaa tout prés du jardin de corail où nous étions confinés l’année dernière car je peux nager directement du bateau dans un endroit merveilleux!

La solitude me convient parfaitement, j’aime vivre à mon rythme et c’est une ressource pour moi dans laquelle je puise mon énergie, elle ne me pèse jamais. Je pense craindre quand même d’être envahie de flemme et de non productivité que je m’abstiens à un emploi du temps d’hyperactif! Dans l’ordre: gym / Petit dej / Cuisine / Montage / nage / Dej / lecture / Montage / Nage / barre au sol ou danse / Diner / Série. Les jours se suivent et se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Contrôler la situation me rassure et me permet de garder une discipline de fer!

 

 

 

 

 

Chaque soir je fais ma barre au sol entre le coucher du soleil et le lever de lune!

 
 
 
 

<

 Ce n’est pas Charlie qu’il faut chercher mais la lune…

 
 
 
 

Seule la première nuit sera compliquée…Car Alex a pris la navette de l’hôtel Pearl resort à côté de notre mouillage pour aller à l’aéroport de Raiatea. Et le personnel de l’hôtel posait plein de questions: Mais le bateau va rester seul? Qui le garde? Cela ne m’a tellement pas rassurée que j’ai fait croire qu’il y avait la famille à bord, et depuis le quai de l’hôtel nous faisions des grands « coucous » à Diatomée, vers nos équipiers imaginaires en visant le pont du bateau désespérément vide… Je pense qu’ils demandaient simplement par politesse mais je ne souhaitais pas trop que ma solitude à bord se répande dans toute l’île!

 

 

 

 

 

Diatomée au loin depuis le ponton de l’hôtel.

 

 

 

 

La première nuit, seule dans mon lit, j’étais attentive au moindre petit bruit de vague en analysant si cela pouvait être une pirogue à l’approche, j’étais en flip total ce qui m’arrive très rarement…. En fait je me sentais hyper vulnérable car n’importe qui peut accoster et je n’ai absolument aucun moyen de défense. Je me lève à plusieurs reprises, déjà pour m’enfermer à clé de l’intérieur puis j’allume régulièrement les feux de pont qui éclairent avec puissance tout l’extérieur du bateau  pour faire fuir les potentiels rôdeurs. Le lendemain je demande à Alex si le WD40 peut faire office de bombe lacrymogène, il ne semble pas convaincu… Puis après réflexion il me propose de garder prés de moi le pistolet fumigène de détresse qui est censé alerter les avions,  le truc est mega puissant et je peux le tirer depuis la fenêtre de la chambre si des gens tentent de monter à bord. Je dormirai  alors comme un loir les nuits suivantes!

 

 

 

 

 

 

 

Ce qui m’aide aussi à bien dormir, c’est de nager chaque jour à contre courant dans la rivière que forme le jardin de corail. Parfois il y a peu de courant mais le plus souvent il est tellement puissant qu’en nageant à fond la caisse, je recule! J’avance millimètre par millimètre et je n’arrive pas toujours à aller jusqu’au bout…Je rentre épuisée!!!!

Je suis la seule à le prendre dans ce sens là car les touristes marchent le long du motu et n’ont plus qu’à se mettre à l’eau prés du récif et se laisser dériver, du coup je les croise peinards pendant que je suis au bout de ma vie! Mais franchement, maintenant je suis prête pour faire péter le score de n’importe quelle course de nage en eau libre!

Le jardin de corail est envahi de touristes qui arrivent par dizaines toute la journée sur des petits bateaux, c’est la foire d’empoigne! Nous n’avons connu ce lieu que lors du confinement sans savoir la chance que nous avions d’être pratiquement les seuls à en profiter.

Avec immense joie et un peu de patience, je finis par retrouver le diodon géant que nous observions tous les jours! Il a changé de place et je ne l’apercevrai qu’à deux reprises, toujours bien caché. Je suis rassurée de le savoir toujours en vie car il doit être très vieux…

 

 

 

 

 

Un diodon plus jeune: voici ce que l’on aperçoit de la surface!

 

 

 

 

Puis quand on plonge à son niveau…Niveau de cutenessitude à son maximum!

 

 

 

 

 

La discrétion de certains voisins doit certainement faire fuir les rôdeurs et cela m’arrange bien!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne vais à terre que trois fois, deux fois pour laver le linge, et une fois pour marcher un peu. Cela relève de la corvée intersidérale. Comme en confinement, je deviens ultra sauvage et le contact humain, aussi chaleureux soit il, me stresse. Encore plus ici où tu dois dire bonjour à tout le monde, tout le temps. Je préfère mille fois l’anonymat parisien.

 

 

 

<

 

 

 

Pendant ce temps là, Alex vit tout l’inverse à Paris, il socialise pour sa plus grande joie! Quand il ne travaille pas, il fait de grandes balades dans Paris et arrive à voir pas mal d’amis. 

 

 

 

 

 

 

 

 Il passe trois jours dans la Seine à photographier les impressionnants plongeurs qui sautent de 27 mètres! Ils sont seulement une poignée dans le monde à réussir un tel exploit. Lui même ira sur la plateforme et me dira qu’il n’a absolument pas pu avancer au bout tellement c’est flippant…lui qui monte en haut du mât sans difficulté! Il fera des clichés incroyables:

 

 

 

 

 

 Iphone Alex: nombre de pas effectués dans la journée après sa grande balade dans Paris!

 

 

 

 

 Iphone Mar: nombre de pas effectués dans la journée après 4 allers/retours du salon à la chambre...!!!

 

 

 

 

 

Après 15 jours, Alex est enfin de retour!

 

 

 

 

Et il est accueilli par un piquant coucher de soleil!

 
 
 
 

Nous fêtons à la fois nos retrouvailles et nos 10 ans à la soirée polynésienne de l'hôtel ! Buffet et spectacle de la culture locale! Quand il pleut, ils nous distribuent des immenses parapluies, ce qui donne un certain charme à la soirée!

 

 

 

 

 

 

 

Alex se recale assez vite et comme il est aussi hyperactif que moi, il ponce et vernit notre table d'extérieur et nos marches d’escalier!

 

 

 

 

 

En haut des photos: avant

En bas: après

 

 

 

 

Une jeune fille de 14 ans en tour du monde avec ses parents vient nous vendre des bracelets qu’elle fabrique elle même! Cela cartonne auprès des plaisanciers qui soutiennent volontiers cette démarche et avec cet argent de poche elle s’est acheté un appareil photo sous marin!

 

En attendant une fenêtre météo pour retourner à Moorea, nous continuons de beaucoup nager, profiter de l’île à vélo et de ses couchers de soleil incroyables:

 

 

 

 

 

 

 

Nous changeons de mouillage vers le sud de l’île et le moteur est complètement en surchauffe. Alex tentera de le réparer jusqu’à une heure du matin car le vent est parfait pour retourner sur Moorea dès le lendemain… Puis lever 7 heures pour terminer les réparations car il a découvert d’autres fuites. À 9 heures tout est réparé. Mon amoureux est un héros!

 

 

 

 

 

 

 

Juste avant de partir nous retournons à la ferme perlière "de Barack Obama" où Alex m’offre une magnifique perle couleur lagon… Elle est incroyable, vert d’eau au soleil, puis bleu/gris sous l’eau, les reflets sont ultra lumineux, je passe tout mon temps à la regarder…

 

 

 

 

 

 

 

Nous voici partis avec un vent du nord qui est censé nous pousser tout droit jusqu’à Moorea, mais en fait il est très faible, de face et nous devrons faire les 20 heures de traversée au moteur. Cela déprime Alex de ne faire que des « nav pourries ». Heureusement que le moteur fonctionne parfaitement. Comme toujours je subis complètement ces moments passés en mer et le mal être permanent qui les accompagne.

 

 

 

 

 

Ce carnet de bord est sponsorisé par la marque « coucherdesoleildeouf »

 
 
 
 

Alex passe le début de la nuit à slalomer entre les grains, nous pouvons les voir grâce au radar et dévier notre route mais cela demande de bien anticiper leurs trajets. Lorsque c’est à mon tour de prendre mon quart, il préfère rester à surveiller encore et encore… Entre la nuit passée à réparer et celle à veiller sur les grains, il arrive épuisé dans la baie de Cook et il faudra bien une journée et une nuit de repos complet pour s’en remettre…

 

 

 

 

 

L’arrivée sur Moorea est plutôt sympa!

 
 
 
 

Chaque soir, nous regardons films ou séries! Il me fait découvrir « la soupe aux choux » et moi, « le grand blond avec une chaussure noire »!

 

Nous allons préparer l’arrivée de la famille d’Alex, ils seront 6 pour trois semaines en Polynésie!

Mais c’est à suivre au prochain épisode…

 

 

 

 

 

Si jamais vous passez par Annecy entre juin et novembre 2022, une exposition regroupe 8 photographes qui travaillent en binôme, et nos photos réalisées à deux sont à découvrir le long de la promenade piétonne de Menthon-St-Bernard!

 
 
 
 
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© La Route Salée