Carnet de bord 14 Mexique

Mai 2019

 

Après plusieurs semaines à bricoler sur Diatomée, nous étions fin près à partir pour notre traversée des Bahamas au Mexique. Mais la dernier nuit passée au chantier s’est passée sous un violent orage avec des averses à n’en plus finir…et quelle surprise de s’apercevoir que de l’eau rentrait dans le mât et fuyait directement sur notre lit! L’eau coulait du plafond de notre chambre au même débit qu’un petit filet d’eau, c’est à dire très très vite! Mais Jamais ça s’arrêtera les trucs à réparer!!!!!!

 

Nous partons le lendemain sous un ciel gris et sommes ravis d’avoir ENFIN le pilote automatique qui marche! Plus besoin d’avoir quelqu’un à la barre en permanence. 

 

Le soir je commence le quart et Alex est censé me relayer vers 2h du matin. Comme on avait l’habitude de se coucher à 22h30 pétante, je lutte très difficilement contre le sommeil et je guette impatiemment l’arrivée d’Alex pour me glisser sous la couette au plus vite! Mais quand il se lève il s’aperçoit que les cales de la chambre avant et de notre salle de bain sont remplies d’eau, ça déborde même sur le plancher! Il va voir à l’avant du bateau et s’aperçoit que l’eau de mer qui asperge tout le temps le bateau à la proue ne s’écoule pas à cause d’un sac qui bloque. Toute l’eau est donc allée dans notre pick avant qui fait presque la taille d’une cabine: l’eau remonte quasiment jusqu’à la surface du hublot et nos paddles, nos voiles, nos palmes et masques flottent dans 3000 litres d’eau! 

 

Le pick est rempli d’eau à ras bord!!!!

 

 

Pour moi c’est la fin, la même que pour le Titanic. Je suis morte de peur de voir toute cette eau envahir notre bateau et la proue était d’ailleurs hyper enfoncée vers l’eau (le poids de l’eau faisait que diatomée piquait grave du nez vers le fond). Je suis en panique totale et ne comprends pas d’où vient toute cette eau, j’ai du mal à croire que c’est les quelques éclaboussures qui peuvent remplir cet énorme pick!!!! C’est clair, on est en train de couler.

Alex, lui comprend tout de suite ce qu’il passe, enlève le sac qui gênait l’évacuation et se met à vider toute l’eau avec un sceau. Vider 3000 litres d’eau dans un pick à 2 h du matin sur un bateau qui navigue ça épuise pas mal les forces pour le reste de la traversée…. Et moi pendant ce temps, qu’est ce que je fais? Ben je vomis. Le truc hyper utile dans ce genre de situation. La frousse accentue le mal de mer et j’alterne entre éponger nos cales à l’intérieur et vomissements. Bon ben tout semble commencer au mieux pour notre première traversée en solitaire! Alex assure grave et grâce à lui, en 2heures on a enlevé l’essentiel et on finira le lendemain en plein jour. 

 

Le lendemain est une journée de rêve! Il y a peu de vent et nous sommes comme au mouillage, ça bouge peu et nous pouvons vivre « normalement », d’amour, d’eau fraîche, de bronzette, seuls sur l’océan c’est trop la classe!

 

Nous voyons des levers de lune extraordinaires!

 

 

Puis c’est à nouveau difficile, pas comme la première nuit heureusement mais avec le courant de 3 noeuds dans le nez nous n’avançons pas! Au lieu d’avancer à 7 noeuds, nous avançons à 3 noeuds, on est vent arrière et c’est pas très agréable, les nuits et les journées sont longues… On mettra 6 jours pour faire 600 miles, ce qui prend normalement 4 jours. Et les conditions étaient vraiment désagréables, très peu de répit, ballotés H24, fatigue extrême, manque d’appétit (j’ai du manger deux tranches de pain en 6 jours!). J’ai passé cette semaine avec les 3 tomes de Vernon Subutex dans les oreilles (écrit par Virginie Despentes), c’était drôle d’être transportée au parc  des Buttes Chaumont où se passe une grande partie de l’histoire, juste à côté de notre appart parisien!

 

 Des petits oiseaux viennent se reposer sur Diatomée pendant notre traversée…

 

 

Puis nous sommes enfin arrivés à Isla Mujeres, une petite île au large de Cancun et nous avons adoré! C’est en se baladant dans les rues animées qu’on sait pourquoi on en chie parfois en mer! Ici c’est ambiance vacances toute l’année, tout est coloré, vivant, chaleureux, la baie où nous mouillons est très calme et c’est un vrai bonheur!

 

Nous avions lu des horreurs sur le temps nécessaire pour faire les formalités d’entrée au Mexique (parfois jusqu’à une semaine avec des allers retours à Cancun) et en fait, nous avons réussi à tout torcher en une matinée! Après courses lessives et ménage, ,nous sommes prêts à accueillir Arthur (Guérin), un ami qui est quintuple champion du monde d’apnée! 

 

 

 

Avec lui nous allons plonger sur la côte est de l’île mais les fonds marins n’ont rien d’extraordinaire, et nous apprenons, très déçus, que l’apnée est interdite sur les plus beaux sites de plongée! Seuls la plongée bouteille et le snorkeling avec énorme gilet de sauvetage est autorisé… Du coup nous profitons de la ville en mini-voiture de golf et nous régalons de restau mexicain!

 

 

 

 

Entre les nachos, tacos, burritos, fajitas, quesadillas, tortillas…nous restons un peu perdus mais on se régale quand même! Les mexicains sont adorables et pas seulement parce que le service n’est pas inclus…

Arthur n’arrête pas de se cogner sur le bateau: 2 mètres et 100 kg. Non seulement il ne rentre dans aucun lit et doit dormir dans le carré, mais en plus il a tout le temps faim. Les bases de son alimentation sont principalement les protéines animales et nos salades concombre/tomate/vermicelles de riz ne le nourrissent pas beaucoup… Mais il reste absolument adorable, toujours de bonne humeur et adaptable à toutes les situations.  

 

 

 

 Les gens vont à la banque en maillot, vraiment à la cool!!!

 

 

Direction le Yucatan! Aucun port ou mouillage safe ne peut nous abriter sur la côte continentale, du coup nous laissons Diatomée sur l’île de Cozumel et prendront un ferry pour Playa Del Carmen! Gros coup de foudre pour cette ville pleine de vie, de musique, avec une rue piétonne hyper agréable car très animée (il faut aimer!). Malheureusement la plage est envahie de sargasses.

 

 

 

 

Nous passons quelques jours à terre pour visiter Tulum et surtout les Cénotes avec Julien Borde, très connu dans le milieu de l’apnée puisqu’il est le premier à avoir ouvert une école d’apnée ici et connait parfaitement bien les cénotes! Le meilleur guide dont on puisse rêver…Je ne peux d’ailleurs pas divulgué le nom de certains cénotes incroyables, si vous voulez les découvrir, allez dans son école « Pranamaya Freediving » à Playa Del Carmen.

 

 

 

 

Nous sommes parfaitement conscients de l’extrême privilège de pouvoir nager dans des endroits aussi sacrés! Les stalactites poussent de 1 cm en 1000 ans!!!! Nous ne devions pas visiter autant de cénotes car nous voulions passer quelques jours à Banco Chinchorro, un magnifique atoll au sud du Mexique où l’on peut nager avec des crocodiles! Mais nous apprenons qu’il est formellement interdit de mouiller là bas et malgré l’énergie déployée par Julien, il nous est impossible d’obtenir un permis. Du coup nous privilégions les cénotes et les plongées connues pour être absolument magnifiques sur l’île de Cozumel.

 

 

 

 Julien connait des cénotes magnifiques peu touristiques et il nous fait aussi visiter Valladolid et son couvent incroyable!

 

 

 

Alex se régale à faire des photos dans des endroits aussi magiques et Arthur et moi sommes ravis de faire les modèles!

 

 

 

Et quelle belle surprise de croiser un des habitants des cénotes! Il est bien connu des habitués qui l’ont nommé « Steeve »:

 
 
 

 

 

 

Nous avons aussi fait une sublime plongée dans la réserve de Cozumel, toujours grâce à Julien car l’apnée est interdite, et entre les cénotes, l’accueil des mexicains, la nourriture, la qualité de vie, le mélange ville/nature, nous sommes tous les 3 tombés amoureux du Mexique! Et nous comprenons le nombre important de français qui viennent s’y installer! Claro que si!

 

 

 

 

Arthur vient de partir et nous partons dans quelques minutes pour le Bélize, il nous faudra certainement deux jours de navigation. La maman d’Alex nous attend là bas!!!!

 

 

P’tit dej typique mexicain!

 

 

À suivre...

 

Conseils pour naviguer au Mexique

 

Le mouillage dans la baie d'Isla Mujeres est extrêmement calme. C'est un peu galère pour garer le dinghy car tous les pontons sont payants, le plus simple c'est d'aller beacher juste à droite de la station service pemex.

Le mouillage à Cozumel est top! tout prés de San Miguel et des ferry pour Playa del Carmen. Nous n'avons jamais mouillé côté Yucatan car toute la côte est face au vent mais nous avons laissé sans problème Diatomée au mouillage à Cozumel pour plusieurs jours sous la surveillance de deux australiens qui ont leurs bateaux là bas. Ce sont deux très bons gréeurs et ils ont fait un travail remarquable sur notre voilier pour pas très cher: Tom et Yann (+529878714850).

À playa del Carmen, si vous voulez voir des cénotes magnifiques et pas connus du grand public, je vous conseille d'y aller avec Pranamay Freediving (info@pranamayamexico.com).

Impossible de mouiller à Banco Chinchorro, même pour une journée, la loi vient de changer et il faut des autorisations que seuls les bateaux pour touristes peuvent obtenir; les contrôles semblent assez fréquents.

Nous avons du refaire l'entrée à Cancun suite à une avarie moteur, apparemment un agent est obligatoire, le notre nous a couté 270 dollars US...C'est notre marina qui s'est chargée de le trouver.

Nous sommes à la marina V&V au nord de Cancun, elle fait aussi des réparations. Je vous dirais ce que j'en pense une fois les travaux terminés.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© La Route Salée