Bocas Del Toro Partie 2

 

 

 

Mars 2020

 

Le bateau flambant neuf, nous accueillons avec joie Hannah à l’aéroport de Bocas Del Toro à 5 mn à pied du centre ville! Elle arrive tôt le matin et c’est dans un restaurant sur pilotis que nous prenons le petit déjeuner!

 
 
 

 

 

 

Puis elle découvre enfin le bateau et installe toutes ses affaires! Il fait très chaud et avant de déjeuner nous décidons d’aller faire du snorkeling. Alex reste au bateau, il répare notre table qui est bancale.

 

Je conduis le zodiac jusqu’à la marina en face et Hannah va sur le quai pour l’accrocher sauf que le quai est très glissant et qu’elle tombe à plat ventre. Elle reste un long moment sans pouvoir bouger. Quand elle peut enfin se relever, son bras gauche est tout tétanisé. Elle récupère comme elle peut assise au restaurant de la marina avec un peu d’eau, mais elle se sent vraiment très mal. Nous décidons d’aller à l’hôpital faire une radio. Le trajet n’est pas simple car elle doit remonter dans le zodiac (l'hôpital est sur l’autre rive) et prendre un taxi. Elle ne peut pas du tout bouger son bras gauche et doit le garder plié. Je le sens très mal mais elle me dit « c’est rien, c’est juste un hématome ». A l’hôpital ils lui font une injection anti-douleur et il faut attendre 17h l’arrivée du radiologue, il n’est que 14h, nous décidons de retourner en ville.

 

À 17 heures, retour à l’hôpital. Les locaux de la partie radiologie sont complètement vides, un peu comme une ville désertée après une épidémie. Un zombie semble être prêt à sortir à tout moment! On fait plein de selfies pour immortaliser cette ambiance irréelle.

 
 
 
 

<

Nous gardons le sourire car nous ne connaissions pas encore le verdict…

 
 
 
 

 

 

Nous en avons marre d’attendre sans que rien ne se passe alors Hannah va toquer au service voisin pour demander quand le radiologue sera là. Un infirmier téléphone alors au radiologue et il lui dit « una muchacha muy bonita te espera »…Le mec rapplique tout de suite après! Et là, on rigole moins. Fracture de l’épaule et de la côte avec risque de perforation du poumon car les parties fêlées de la côte sont pointues.

On change de service (deux portes à côté) et un médecin lui fait un plâtre, je reste assise à côté. Il demande à Hannah si je suis « la mama» ! Si j’étais sa mère je l’aurais eu à 9 ans!!!!! Celui là, il a beau soigner mon amie, je crois que je l’aime pas trop…

 
 
 
 

 Le médecin bigleux pense qu’il faudra opérer au niveau de l’épaule…

 

 

 

 

 

Impossible pour elle de revenir sur le bateau… Je vais chercher toutes ses affaires et nous dormirons à l’hôtel deux nuits le temps d’organiser son rapatriement à Panama City puis en France. La nouvelle est très dure. Elle ne sera même pas restée deux heures sur le bateau. Hannah garde le sourire malgré la douleur, les vacances annulées et le handicap de n’avoir qu’un seul bras.

 
 
 
 

Étant donné que tout est pris en charge par l’assurance, nous prenons la chambre avec vue sur la mer!

 
 
 
 

 Trousse de toilette d’Hannah!

 

 

 

 

En plus de sa zen attitude, Hannah est miss 0 déchet! Elle fabrique ses sacs à vrac, ses pochettes à savons, tous ses cosmétiques elle même et n’a que des emballages réutilisables. J’ai un peu honte car sur le bateau nous avons une utilisation de lingettes et de sopalain en mode no limit car il faut économiser l’eau et y’a souvent huile et gasoil partout…

 
 
 

 Et pour couronner le tout, elle a un dehors et un coup de pied à faire pâlir de jalousie la plus prestigieuse des danseuses étoiles sans même avoir pris un seul cours de danse classique!!!

 
 
 
 

 

Nous aurons passé deux jours à Bocas Town à se faire plein de petits restos pour ensoleiller un peu ce triste accident. Et je profite d’elle au maximum avant son départ pendant qu’Alex s’occupe du bateau et continue son apprentissage du surf!

 
 
 
 

Dernière soirée: anti-douleur et alcool pour être sûre de bien dormir!

 

 

 

 

Hannah repart sur Panama City dans le même avion que prendra Meaghan pour venir. Elles se croiseront à l’aéroport quelques minutes seulement…

 
 
 
 

 

 

 

La pauvre Meaghan est accueillie dans une drôle d’ambiance… Moi en larmes du départ d’Hannah et Alex qui suite à une indigestion vomit toutes les 5 minutes!  Il a mangé le matin même la salade préparée pour Hannah mais non consommée depuis plusieurs jours. De retour sur le bateau je renifle la salade qui est d’une puanteur absolue et je réalise à quel point Alex peut avaler tout et n’importe quoi! Pas la peine que je me casse le cul en cuisine!

Meaghan est une grande artiste photographe que nous avions déjà accueillie sur Diatomée il y a deux ans. Elle vit à Toronto et nous sommes ravis de profiter d’elle! Je réalise que j’ai progressé en anglais car nous avons des conversations bien plus profondes et plus intimes que lors de son dernier séjour.

 

Nous allons avec elle à Boca Del Drago, la fameuse plage où nous avions déjà essayé d’aller mais c’était trop loin avec nos vélos tout pourris. Cette fois-ci nous prenons le bus et c’est effectivement hyper loin!

 
 
 
 

Derrière la plage, la mangrove!

 
 
 

 

 

 

Nous partons assez vite de l’île principale et animée pour aller à Zapatilla: deux petites îles désertes entourées de coraux. Nous sommes émerveillés par tant de beauté et je pense beaucoup à Hannah qui aurait du vivre ça avec nous…S’il te plait Hannah ne lit pas la suite de ce carnet de bord!

 
 
 
 

<

 

Les photos ci-dessus sont celles de l’île la moins visitée car sur l’autre île, des barques de touristes affluent chaque jour et n’oublient pas de laisser quelques traces:

 
 
 

 

 

Canettes et déchets absolument partout sur l’île et méthodiquement regroupés, nous n’en revenons pas! Alex décide de faire un grand nettoyage et le soir venu quand l’île devient déserte, nous nettoyons de fond en comble cette merveille de la nature.

 
 
 

 Il y a pire comme cadre pour faire le ménage 

 

 

 

 

 

 

Nous faisons de belles rencontres entre deux canettes de bière!

 
 
 

L’envers du décor paradisiaque…Heureusement les touristes ne restent que sur une petite partie de la seconde île…

 
 
 
 

Nous tombons amoureux des petits îlots qui nous entourent!

 
 
 
 

 

 

J’ai la chance extraordinaire d’apercevoir un de mes animaux marins préférés que je n’avais jamais vu en vrai auparavant. Le soir tombe et je décide de rentrer au bateau à la nage plutôt qu’en annexe. Et soudain, sous mes yeux, qu’est ce qui se balade sur le sable à l’approche de la nuit????

 
 
 
 

<

 Une cigale de mer!!!! (google image)

 

 

 

 

 

 Je les adore, je les trouve tellement belles!!!!! Celle-ci est intimidée et n’a aucun moyen de défense face à mon approche. Je vois bien que je lui fais peur mais je veux trop la voir. Je regrette de ne pas avoir mon appareil photo et en même temps, je profite pleinement de cette rencontre les yeux dans les yeux (elle sans doute un peu moins…). Je lui fais coucou de la main, c’est ma manière de dire aux animaux que je les aime et ne leur ferai jamais de mal. Je me dis qu’avec le temps ils vont finir par comprendre!

 

Mais ce paradis se paye cher car le soir venu nous avons une invasion de papillons de nuit dans le bateau! Attirés par les lumières, ils volent partout tout affolés et imprévisibles, ils sont une trentaine, surtout dans la cuisine. Là, pas de coucou avec la main, je hurle car je suis phobique de tout ce qui grouille et Alex et Meaghan doivent prendre le relais en cuisine. On se couche tôt pour vite éteindre les lumières!!!

 

 

 

 

Tout seul il est trop choupinou mais à 30 ils deviennent HORRIBLES!!!!!!

 
 
 
 

 

Après deux jours et demi à Zapatilla, nous allons dans le sud de l’île de Bastimento sans trop savoir à quoi nous attendre. Nous découvrons « Azul Paradise » un hôtel sur pilotis au milieu de nulle part! L’endroit est merveilleux! 

 
 
 

Un client de l’hôtel rêve de passer une nuit à bord de notre bateau, et je lui dis que nous, nous rêvons de passer une nuit dans cet hôtel!!!!

 

 

 

 

 

 

Et en plus de la magnifique piscine où je vais pouvoir faire mon aquaballet, l’hôtel nous propose un tour dans la jungle pour voir…les sloth!!!!!!! Si si vous avez bien lu!!!!!! Meaghan est morte de rire car nous prononçons « Sloth » à la française (« Slote ») et ça ressemble grave à « slut » (« salope ») !!! En fait on doit prononcer  « Sloce » mais c’est moins drôle. Pour ceux qui n’ont pas lu le dernier carnet de bord (c’est pas bien!), les Sloth sont les paresseux. Nous en voyons effectivement deux, hauts perchés ils sont souvent à contre jour et les photos ne donnent rien mais j’en vois un se gratter le coup avec ses longues griffes, je suis en kiffe total!!!!!

 
 
 
 

 

 

 

Nous voyons aussi deux petites grenouilles fraises! Et des caïmans dans un petit étang que les hommes ont entourés d’un enclos « pour pas qu’ils mangent les poules », c’est surtout pour pouvoir les montrer aux touristes. Surtout que notre guide leur jette des pierres pour qu’on puisse les voir bouger et il pique un des caïmans avec un bâton quand nous avons le dos tourné comme un geste de domination de l’homme… celui-là non plus je crois que je l’aime pas trop…

 
 
 
 

Au fond, l’enclos des animaux se reflète dans l’eau.

 
 
 
 

 Un caïman se cache sur cette photo…

 

 

 

 

Le soir, nous profitons du restaurant et du wifi pour donner des nouvelles!

 

 

 

 

 

 

Le lendemain, comme chaque matin avant le petit déjeuner je vais nager. J’aperçois un aileron à la surface. J’attends de le revoir pour voir s’il s’agit d’un requin, dauphin ou parfois ce sont juste les ailes d’une raie. C’est un dauphin! Il doit être à peu près à 100 mètres de moi! Je crawl vers lui visage hors de l’eau pour voir où il va et tenter de l’apercevoir sous l’eau. Je crawl juste méga vite!!!! J’aime si fort la sensation de savoir qu’à tout moment il peut apparaitre sous l’eau en face de moi!  Puis je le réaperçois beaucoup plus loin mais bondissant hors de l’eau très haut et retombant au même endroit 5 fois de suite!!! Je n’en reviens pas. Alex et Meaghan qui sont sur le pont du bateau ont aussi pu voir ce spectacle. Il revient vers moi mais son aileron semble quand même assez loin et il nage très vite, impossible de le voir sous l’eau! Il trainera toute la matinée autour du bateau avant notre départ pour Isla Escudo de Veraguas. Il s’agit d’une île quasiment inhabitée beaucoup plus loin qui ne fait pas partie de l’archipel de Bocas Del Toro et dont tout le monde chie des pendules tellement elle est incroyablement belle!

 

Mais là aussi on paye le prix, le mouillage est extrêmement houleux et peu protégé et la vie à bord est fatigante. Dès notre arrivée je nage jusqu’à la grande plage. Je suis déçue, elle n’a rien d’exceptionnelle (faut dire qu’après Zapatilla, on devient difficile!), elle est parsemée de déchets venus de la mer, principalement chaussures et bouteilles en plastique. Et des taons affamés me sautent dessus, je suis obligée de vite retourner dans l’eau!!!!

 

Mais le lendemain, nous comprenons pourquoi nous sommes là… direction l’est de l’île. Cela nous prend 25 minutes avec notre Zodiac et notre petit moteur (car notre moteur plus puissant no functiona), et tout le long du trajet, nous admirons les dizaines de criques entourées de petites falaises rongées par la mer.

 
 
 
 
 

 Meaghan s’attache les cheveux avec une pince mais cela ressemble toujours à une coiffure ultra élaborée digne des plus belles actrices telle que Grace Kelly!

 
 
 
 

 

 

Puis, à l’est de l’île, des milliers de petits îlots séparés par une eau turquoise nous attendent! Nous allons jusqu’au tout petit village (3 maisons!) voir les habitants, sur les conseils d’une connaissance de Bocas Del Toro, pour qu’ils nous fassent visiter leur île. Ils ont l’air un peu surpris de notre arrivée mais semblent OK pour nous montrer les Sloth et faire un tour complet de l’île sur leur barque! Un des enfants ne quittent pas Meaghan et ses beaux cheveux blonds des yeux! Il semble complètement fasciné!!!  

 
 
 
 

Le tout petit village!

 

 

 

 

Sur leur barque, nous slalomons un long moment entre tous ces îlots magnifiques!

 

 

 

 

 

 

Assez vite, les habitants aperçoivent un Sloth! L’espèce de cette île est une espèce naine, le Sloth pygmée, elle est endémique à Isla Escudo et n’existe nulle part ailleurs! Imaginez un paresseux tout tout petit… Le pourcentage de choupinesque attitude est très élevé! Surtout qu’ils font partie de la liste des 100 espèces les plus menacées au monde car ils ont été chassé par l’homme pour être mangé.

 
 
 
 

Nous adorons sa toute petite bouille et réussissons à empêcher nos guides de secouer l’arbre!

 

 

 

 

Un peu plus loin, un autre Sloth. Celui-ci dort. Les 3 habitants qui nous accompagnent sur la barque se mettent à siffler, crier, faire toutes sortes de bruits pour le réveiller. Cela part d’un bon sentiment car ils le font pour que nous puissions voir sa tête mais pour qu’ils se taisent Alex dit « Esta durmiendo, it’s Ok! », sauf qu’ils comprennent « c’est bon on l’a assez vu, on peut partir »… 

 

De retour au village, nous les payons très correctement. Ils nous expliquent que c’est très rare que les plaisanciers viennent les voir. Le chef semble nous dire qu’ils vont nous raccompagner à notre voilier. Nous ne comprenons pas trop pourquoi car nous sommes garés très loin!!!! Mais la famille, avec les enfants cette fois, nous suit sur leur barque!

 
 
 
 

 

 

 

Arrivés au bateau, nous n’avons même pas le temps d’amarrer notre zodiac qu’ils débarquent tous sur le bateau sans même demander la permission! Ils s’assoient dans le cockpit et nous leur offrons bières et jus de fruit. Pour la mère des enfants, les hommes diront « agua! », visiblement elle n’a pas trop du boire des bières dans sa vie. Si les hommes semblent heureux et paisibles, elle ne respire pas la joie de vivre. Mais elle semble enceinte et fatiguée. 

 
 
 
 

 

 

 

Je leur propose de visiter le bateau, seuls la femme et les enfants viennent et lorsque nous arrivons à la dernière chambre à l’avant du bateau, la femme s’assoit et ne bouge plus. Avec Meaghan on se regarde du genre « qu’est ce qu’on fait? ». On reste un peu avec elle, les enfants aussi. Les minutes sont longues. Puis je réussis à les ramener dans le carré. Elle s’assoit et ne bouge plus sans dire un mot. Ils parlent espagnol (peut être pas elle) et ont aussi leur propre dialecte. Heureusement les enfants mettent un peu de vie et regardent nos livres de poissons avec Meaghan. Les hommes sont assis dehors et posent quelques questions mais ne répondent que très succinctement aux nôtres. Les blancs commencent à être de plus en plus longs. On se regarde avec Meaghan et Alex sans trop savoir quoi faire. On se dit « ils semblent ne pas trop vouloir partir »… La situation devient un peu gênante et pesante car on avait prévu de faire des photos avant le coucher du soleil et celui ci baisse sans que rien ne se passe. Je finis par dire « Vamos a nadar (nager) un poco », je commence à prendre mon masque…personne ne bouge. La famille reste assise sans bouger. Je crois que sur leur île déserte, ils ont la capacité de rester assis à rien faire qui dépasse la mesure de tout ce qu’on peut imaginer…

 

Et là on se dit tous qu’on est mal barré. Je finis par prendre mon courage à deux mains et dire avec un grand sourire « es el tiempo de regresar a casa! ». Et là ils comprennent très bien et finissent par partir. L’un d’eux semblent m’en vouloir et je me sens pas très bien après ça. Mais j’ai un peu vécu ça comme une intrusion dans mon espace vital et surtout la façon de faire qui pour nous est impolie mais qui ne l’est certainement pas pour eux. J’ai toujours eu du mal avec l’altérité surtout quand je ne la comprends pas.

 
 
 
 

Sous l’eau vous pouvez apercevoir les coraux qui embellissent nos longues heures passées dans l’eau!

 
 
 
 

Le lendemain nous passons la journée sur une plage pas loin des petits îlots. Comme les autres journées sur les îles, elle est ponctuée par un délicieux pique-nique et plein de photos sous l’eau!

 
 
 
 

 

 

 

Au retour vers le bateau nous nous arrêtons dans une grotte magnifique et très photogénique où Meaghan s’en donne à coeur joie!

 
 
 
 

 

 

 

Le matin de notre dernière journée de « vacances » avant de laisser Diatomée dans une marina, Alex me dit « Allez profiter de la plage sans moi je dois réparer les toilettes de la chambre arrière ». Les bras m’en tombent. Non seulement nous ne nous servons JAMAIS de ces toilettes mais nous ne nous en serviront JAMAIS. Et lui veut sacrifier la dernière journée de plaisir pour ça??? Mais comment peux-t’on s'autoflageller de la sorte? Nous nous disputons et Alex me rappelle que c’est lui qui fait toutes les réparations sur le bateau. Ce qui est vrai. Mais mon incompréhension est telle que je lui impose de venir avec nous. Nous finirons par nous réconcilier assez vite grâce au bon caractère d’Alex <3. 

 

Puis direction la marina à l’entrée du canal de Panama! Nous naviguons la nuit en assurant les quarts Alex et moi pour laisser Meaghan dormir, même si avec l’agitation du bateau, elle ne dormira pas beaucoup. Nous arrivons au petit matin dans une ambiance incroyable, entourés de centaines de paquebots parqués au milieu de la mer à attendre leur passage.

 
 
 
 

 

 

 

Notre arrivée à la marina est une belle surprise, l’accueil par le dock master est hyper chaleureux, nous nous garons sans souci malgré le vent qui souffle fort. Tous les gens sont beaux et souriants, ils s’apprêtent à traverser le canal. Il y a piscine, salle de sport, petit market avec plein de fruits et légumes et … un shipchandleur! Ils résolvent tous nos problèmes et sont efficaces en tout point de vue. Ils vont même pouvoir remplir nos bouteilles de gaz car évidemment, le micro-ondes a fini par no functionar! Mais quel bonheur!

 
 
 
 

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais je trouve que nous sommes exceptionnellement bien garés!

 
 
 
 

 À part les oiseaux, les poissons volants morts et les papillons, Katy, la petite chienne du vieux mécanicien anglais de la marina, est le seul animal à honorer Diatomée de sa présence!

 
 
 
 

<

La marina est complètement isolée de tout, il n’y a rien à faire autour à part une petite balade en boucle de 20 minutes à faire dans la jungle. Le soir nous y allons avec Meaghan et nous n’en revenons pas! 

 

 

 
 
 
 

 

 

 

Nous nous enfonçons dans la jungle en entendant les singes hurleurs hurler. C’est absolument incroyable! Ils hurlent hurlent hurlent hurlent hurlent hurlent hurlent et se taisent puis recommencent en boucle. Il faudra voir la prochaine vidéo pour entendre cette ambiance extraordinaire. Nous sommes scotchées. Nous nous approchons et finissons par les voir. Ils vivent par groupe de 7 individus mais on a l’impression qu’ils sont 50. Quand nous nous trouvons sous leur arbre, ils se mettent un instant à hurler en continue car s’ils crient, c’est pour protéger leur territoire.

 

Suite à cela, nous apercevons les singes capucins qui bondissent de branches en branches et nous observent du haut des arbres. Nous voyons des oiseaux magnifiques, perroquets, faucons, cassiques… En 20 minutes nous en voyons plus qu’en 3 semaines!!!!!!

 
 
 
 

 Le singe capucin est reconnaissable à sa tête plus claire.

 

 

 

 

Quelques nouvelles d’Hannah avant de finir ce très long carnet de bord. Elle est bien rentrée en France et l’opération à l’épaule n’est peut être pas nécessaire. Mais elle va être immobilisée 6 semaines avec une très longue rééducation par la suite. Elle n’est pas sûre de récupérer toute sa mobilité… Mais elle prépare déjà son prochain séjour sur Diatomée accompagnée cette fois-ci de son amoureux :-)))

 
 
 
 

 

 

 

Nous rentrons un mois sur Paris et nous devons traverser le canal vers mi-avril!

À suivre...

 

 

 

CONSEILS AUX NAVIGATEURS:

 

Je conseille vivement d'aller mouiller devant Zapatilla et d'aller faire du snorkeling entre les deux îles et de passer la journée sur l'île la plus au sud et la moins visitée. Et je conseille aussi fortement le mouillage au sud de Bastimento devant l'hotel Azul Paradise, pour aller voir les nombreux poissons sous les chambres sur pilotis, profiter du restaurant et du wifi. Ne pas hésiter à aller voir les paresseux et la grenouille fraise (red frog) avec l'aide des locaux!

Isla Escudo, le mieux est de mouiller le plus à l'est de l'île car le mouillage sur Navionics est situé à l'ouest mais il est loin de la plus belle partie de l'île à visiter. En fonction de votre tirant d'eau essayez de mouiller le plus à l'est. Le mouillage est souvent houleux, c'est le prix à payer pour visiter cette beauté!

Les locaux peuvent vous faire faire le tour de l'île sur leur grande barque et vous montrer les paresseux nains mais prévoyez leur visite en retour sur votre bateau sans même vous demander!!!!

Je conseille la marina Shelter Bay qui est un lieu où on se sent merveilleusement bien, surtout ne râter pas la balade dans la jungle, le mieux est de partir tôt le matin avant 9H ou à partir de 17h30. Le resto de la marina vient de changer de propriétaire et c'est vraiment dégeulasse en tout cas pour les végétariens. La petite superette a un très bon choix de fruits et légumes. Ils peuvent remplir vos bouteilles de gaz françaises si elles ne sont pas trop rouillées!

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© La Route Salée