Carnet de bord 4 Les Grenadines (Bequia/Mustique) Suite

 

Aout 2018
Je vous ai laissé sur l’ile de Mustique, où il n’y a pas de moustique! Il n’y a que des petites voitures éléctriques, des villas de milliardaires, un bar branché avec groupe de jazz tout droit sorti de Marie-Claire maison, des tortues terrestres et marines et des plages de rêve désertes bordées de cocotiers. On y est resté 3 nuits tellement on a adoré (et c’était le même prix qu’une, car en fait souvent on est obligé de s’accrocher à une bouée et non de jeter l’ancre et c’est payant).
Le basil’s bar qui fait une pizza avec de la purée de butternut à la place de la sauce tomate, un délice!
Et après le petit poulpe, nous avons agrandi la famille avec un autre animal extraordinaire: le fou brun! Il restait sans cesse posé sur une bouée proche du bateau, et un jour Alex s’approche de très près et l’oiseau ne s’envole pas, il est même curieux! Chaque jour on allait le voir de prés et on lui parlait, il nous regardait avec un léger strabisme, il était vraiment au top de la choupinou attitude! Puis un beau matin il s’est passé qq chose d’incroyable, nous nagions pas loin de la bouée, la tête sous l’eau, quand un fou brun se pose sur l’eau à qq cm de nos têtes et nous regarde sous l’eau!!!!!!! Mon coeur une fois de plus a fondu d’amour pour cet animal que je trouve si beau! Je ne sais pas si c’était le même que celui sur la bouée, il y en avait même deux à un moment, tout ce que je sais c’est que c’était des juvéniles de l’espèce
Adulte, son ventre deviendra tout blanc.
 
On voit pas très bien mais il y a interaction
L’île grouille aussi de tortues marines et on en a profité pour faire des photos:
 
À la plage du Cotton house, l’hotel le plus chic de l’ile, nous avons découvert des boutures de corail sur des grands piquets:
 
Mustique est une île hyper écolo, en plus des voitures électriques et du corail, c’est la seule île qui trie les déchets! Elle est gérée par un ou des milliardaires assez sensibilisés visiblement.
Ensuite nous avons voulu aller sur une ile hyper sauvage sans habitants mais il y avait beaucoup de courant et notre moteur merdait un peu du coup nous sommes retournés sur notre première ile (béquia) en cours de navigation. Alex est un super capitaine, je me sens pleinement en sécurité avec lui. A Bequia nous sommes allés deux fois au même resto trop trop bon (le seul avec du monde sur toute l’île), il y a beaucoup de français car c’est les vacances chez nous. Et nous avons grave profité des paddles, pour aller à la plage, pour bronzer (on les accroche au bateau sur l’eau) et pour faire des grandes balades le long de la côte! Seubyne n’en avait jamais fait et elle a tout déchiré car c’est pas des modèles pour débutants!
 
Ici nous n’avons aucune notion du temps ni des jours de la semaine, si bien que quand c’est dimanche, nous allons faire les courses! Et là on se dit “merde c’est dimanche!”. Mais nous sommes complètement perdu dans le temps, même les heures, on pense qu’il est 22h et il n’est que 20h30!
Nous voici maintenant à Saint Vincent, l’ile coupe gorge, mais nous sommes tout au sud dans un endroit pas trop craignos, tout près de l’aeroport où Seubyne partira demain. Nous avons passé des tellement bons moments avec elle! C’est notre première « amie » à bord et ça fait trop plaisir de partager avec elle! Car elle a aussi eu le courage de venir alors que nous sommes encore débutants, (ce qui n’est pas le cas de tout le monde! Hum hum!). Elle est d’ailleurs devenue experte en animaux!
Petit cours de Biologie selon Seubyne:

L’asticot

Vrai nom: ver de feu!

 

Les vermicelles

Vrai nom: anguilles jardinières!

 

Le caméléon

no comment!

 

Les dauphins Longinus

Vrai nom: Stenella longirostris!
Nous avons une semaine seuls avec Alex, avant de revenir chercher les deux photographes sous marins à St Vincent, du coup nous allons retourner à Mustique et à Béquia! Ça va être ménage, lessive, rangement, réparations, carénage, mais à la cool, entre baignades et pizza au butternut!
A suivre

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© La Route Salée