Moorea et Tahiti: à la recherche des baleines!

 

 

 

Octobre 2021

 

Chloé est notre invitée pour trois semaines! Après quelques jours à Huahine nous allons profiter de Moorea. C’est une île tout prés de Tahiti, un mélange des Marquises et de Bora Bora, autrement dit une vraie merveille…

 

 

 

 

 

 

 

 Nous mouillons encore à côté d’un magnifique jardin de corail, tout prés de l’hôtel Sofitel, et pendant qu’il va faire le plein de gazole, Alex nous laisse, Chloé et moi, faire du vélo autour de l’île…

 

 

 

 

 

Le grand plaisir d’Alex est d’aller manger du poisson cru dans les petites roulottes, pour les végétariens il y a le choix entre frites et nouilles chinoises!

 
 
 

 

Il est très fréquent que les locaux nous donnent plein de fruits comme ici! Mais la plupart du temps nous les achetons sur les bords de route!

 
 
 
 

 Nous en profitons pour passer une soirée chez Guillaume, notre co-équipier de la transpacifique, qui aime louer une maison  quelques mois par an sur cette île.

 
 
 
 

Nous aimons partir en vadrouille avec le dinghy et pique niquer sur un motu (petit îlot), mais à certains endroits les raies et requins sont nourris , ce qui fait l’attraction des touristes et cela nous désole beaucoup.

 
 
 
 

 

 

Avec Alex nous avons du mal à trouver un équilibre après être restés si longtemps en amoureux, l’arrivée de Chloé vient créer des tensions que j’ai du mal à analyser. Il faudra quelques jours  que chacun prenne sa place pour trouver une harmonie parfaite tous les trois.

 

Nous ne connaissons pas Chloé si bien que ça et nous découvrons une amie extraordinaire, compréhensive, patiente et toujours, toujours dans le vrai. D’une extrême sensibilité elle perçoit tout et on ne peut rien lui cacher! Mais elle est avant tout tellement positive et enthousiaste, elle se donne les moyens de réaliser ses rêves. Venir en Polynésie est pour elle un gros sacrifice financier et une avance sur tous ses cadeaux de Noël ! Car son plus grand rêve est de voir les baleines… Cela nous met un peu la pression avec Alex!!!! 

 

 

 

 

 Anelon est venu de Dunkerque avec Chloé! Il a tout de suite sympathisé avec Aqualina, Sausalito et Barni!

 

 

 

 

Nous sommes ravis de voir qu’il existe une épicerie ambulante mettant en avant le zéro déchet et privilégiant au maximum les produits locaux.

 
 
 
 

 

 

 

Nous changeons de mouillage car le vent tourne et nous allons dans la baie de Cook. Nous sommes estomaqués par toutes ses hautes montagnes qui nous entourent et la puissance de cet endroit!

 

 

 

 

Ananas dominant la baie de Cook. Les ananas de Moorea sont réputés comme étant les meilleurs au monde!

 

 

 

 

 

 

 

Nous retrouvons Sanny, une allemande que nous avions croisée à la marina Shelter Bay au Panama, puis aux Marquises et maintenant à Moorea où elle garde un catamaran et le chien des propriétaires! Nous l’emmèneront avec nous essayer de voir les baleines!

 

 

 

 

 

 

 

À Moorea il y a de nombreux prestataires qui emmènent les gens voir les baleines et nous préférons y aller par nous même très tôt le matin avec notre petit dinghy. Nous ne sommes pas très à l’aise avec ça car nous sommes un bateau de plus sur le dos des baleines entre 6h et 8h où elles peuvent encore se reposer tranquille. Mais nous n’avons pas envie non plus de payer un prestataire à cet endroit car il y a ici vraiment beaucoup de bateaux (contrairement à la presqu'île de Tahiti).

 

 

 

 

 

 

 

Finalement nous sortons plusieurs matins et une fois sur deux nous n’en trouvons pas, elles sont de l’autre côté de l’île, trop loin pour notre petit dinghy! Et nous avons la chance de croiser un mâle deux matins de suite, que nous voyons souffler en surface puis sonder une douzaine de minutes. Tout se passe en silence. Nous coupons le moteur juste pour entendre son souffle. La mer est d’huile, personne ne parle, nous l’écoutons respirer. C’est une sensation incroyable, un des sons que je préfère au monde. Le souffle n’est pas toujours facile à voir:

 

 

 

 

 

 

 

Quand il sonde (plonge sous l’eau), il est très difficile à trouver et nous abandonnons tout de suite l’idée de tenter de le voir sous la surface. Par contre nous nous mettons à l’eau pour l’entendre chanter et là, c’est absolument magique. Son chant résonne contre le récif et fait vibrer notre cage thoracique. Alex l’enregistre à l’hydrophone. Nous sommes absolument comblés de cette rencontre et nous avons l’impression d’avoir un peu partagé un moment de vie de cet animal, moment d’ultime grâce pour nous!

 

Toutes les baleines à bosse émettent des vocalises mais seuls les mâles chantent, pour qui? Pour quoi? Cela reste encore un mystère pour les cétologues. Comme ils chantent principalement sur les aires de reproduction, tout le monde pensait que c’était pour attirer les femelles mais après plusieurs études, cela semblerait plutôt les faire fuir!!! Alors que les autres mâles seraient bien plus réceptifs…

 

Nous voyons aussi à plusieurs reprises des baleines dans le lagon! Et Chloé en aperçoit même tout prés de notre bateau au mouillage mais elles partent assez vite! Nous observons aussi de nombreux sauts au loin de l’autre côté du récif, il y en a partout et nous espérons vraiment pouvoir croiser leur regard sous la surface!

 

 

 

 

Nous profitons pour faire une des nombreuses randos de Moorea mais pas trop difficile! 

 

 

 

 

 Nous admirons les nombreux coqs sauvages aux plumes luisantes et magnifiquement colorées!

 

 

 

 

 

Et nous partons passer la dernière semaine de Chloé à Tahiti, sur la presqu’île, toujours dans l’optique d’enfin pouvoir apercevoir une baleine sous l’eau!

 

 

 

 

 

 

 

La navigation commence au soleil et avec une mer calme puis le vent se lève contre nous, les nuages arrivent, au lieu de 7 heures nous naviguons pendant 9 h, vent et vagues dans la gueule.  Les deux heures en plus nous paraissent interminables.

 

 

 

Nos instruments électroniques sont précieux pour entrer dans les passes!

 
 
 
 

Une fois l’ancre enfin posée, nous sommes épuisés, le cheveux hirsute, la peau d’abord brulée puis fouettée par le vent et la pluie, frigorifiés mais soulagés d’arriver avant la nuit…et là Chloé nous lance « ah, j’ai passé une super journée! ». Nous la regardons dépités. Est ce le propre des personnes enthousiastes? Ou simplement du sang de marin coule dans ses veines?

 

 

 

 

Nous retrouvons Thomas qui offre aussi à Alex un sublime gâteau pour son anniversaire!

 
 
 
 

 

 

 

Sarah Hébert, championne de planche à voile de la chaine Youtube « Poussé par le vent » que nous avions retrouvé à Raiatea nous rejoint pour une semaine sur Diatomée avec l’envie de voir les baleines avec nous en apnée!

 

Le club de plongée de Thomas, Tahiti Iti Diving se transforme aussi en sortie whale watching à la saison des baleines. Il nous invite gentiment s’il lui reste de la place à bord. Nous faisons aussi une sortie avec Isabelle (mobydick Tahiti), une amie de Thomas qui travaille sur Tahiti Nui.

 

 

 

 

 Nous nous sommes formés en observation des mammifères marins sur le terrain mais aussi tous les trois avec Chloé il y a 8 ans avec Alexandre Gannier (association GREC), un des plus grand cétologue français dont nous retrouvons le livre au Carrefour de Taravao!!!

 
 
 
 

 Un fou vient se reposer sur le bateau et nous accompagne plusieurs heures! J’adore leur petit strabisme!

 
 
 
 

 Nous nous prenons pas mal de saucées durant les longues sorties en mer.

 
 
 
 

 

 

L’approche en surface se fait avec une distance de 100 mètres minimum, toujours se placer entre le récif et la baleine pour lui laisser l’espace de s’échapper, lorsqu’elle vient vers nous, le mieux est de s'éloigner, pas de mise à l’eau en lui coupant la route juste pour la voir passer…

Sous l’eau nous aimons nous tenir le bras ou la main et s’arrêter à la limite de visibilité où apparait la baleine, ne plus bouger ou reculer pour la mettre en confiance. La laisser venir si elle le veut bien mais les baleines curieuses et joueuses ne sont pas si fréquentes!

 

 

 

 

Il faut  de nombreuses mises à l'eau avant de pouvoir réussir une photo comme celle-ci...

 

 

 

 

 Même s’il y a beaucoup de baleines, nous passons souvent plusieurs heures à les chercher! Et si en voyant certaines photos cela semble facile, c’est beaucoup d'énergie et de temps passé en mer au soleil ou sous la pluie…

 
 
 
 

 

 

 

 

Et enfin nous faisons une magnifique rencontre d’une mère et son baleineau très très jeune. Ils resteront timides mais notre approche est extrêmement douce, avec les filles, nous nous tenons les bras et ne bougeons plus dès que nous la voyons. Nous restons longuement à les observer. La mère est posée à 15 mètres et le petit fait des allers retours pour respirer. Quand il redescend il se place sous sa tête. L’image protectrice de cette maman m’émeut à l’infini. Quel spectacle bouleversant. Quelle chance nous avons. 

 

 

 

 

 

 

Sur le bateau, la moitié des passagers est malade et ça vomit de partout. Cela me fait réaliser que je finis quand même par m’amariner sinon j’aurais vomi comme tout le monde!

 

 

 

 

 Après les mises à l’eau et le maillot mouillé, les gâteaux et le ciré coupe-vent sont très appréciés!

 
 
 
 

<

 La vue de Tahiti depuis la mer est un spectacle dont nous ne nous lassons pas, et cela nous déconcentre même pour chercher les baleines!

 
 
 
 

 

En allant faire des sorties apnée le long du récif nous croisons aussi des baleines sur notre petit dinghy mais elles sont dans la passe et les mises à l’eau sont interdites. Dès que nous mettons la tête sous l’eau, nous entendons les mâles chanter! Leurs vocalises se propagent sur plusieurs dizaines de kilomètres. 

 

 

 

 

Et non ce n’est pas moi sur la photo! C’est Chloé qui pratique aussi la monopalme dans son club d’apnée!

 
 
 
 

 

 Avec Chloé nous passons une journée à Papeete, je m’en fais une joie car je suis très citadine mais aussi car je vais pouvoir manger du gâteau basque au chocolat dans une délicieuse pâtisserie! 

Nous y allons en stop, très efficace ici car il n’y a qu’une seule route qui fait le tour de l’île et pour les polynésiens c’est « normal » d’aider les autres. Chloé qui ne se déplace qu’en stop est la spécialiste, elle sait exactement où se placer et me conseille d'ôter ma paire de lunettes de soleil. Papeete est à une heure de route et nous monterons dans deux voitures à l’aller et trois au retour, le plus dur est de sortir de la ville.

 

 

 

 

Chloé achète des sublimes perles en cadeaux pour ses proches venant de l’archipel des Gambiers réputé pour la pureté de son eau qui intensifie les reflets nacrés.

 

 

 

 

 

Je convertis Chloé au gâteau basque!

 
 
 
 
 

 

 

 

Pendant ce temps là Alex fait un shooting de Sarah pour des magazines de sport de glisse.

 

 

 

 

 

 

 

Puis il y a la soirée d’anniversaire du club de Thomas « Tahiti Iti Diving ». La fête commence à 18h et fait un bien fou à tout le monde après le confinement. Sarah et moi somment couchées assez tôt. Mais la fête se termine à 2 heures pour Chloé et à 5 heures pour Alex.

 

 

 

 

 

 

 

Le lendemain c’est le gros bordel: le dinghy est rempli de sang. Je retourne voir Alex qui dort encore et il y a du sang partout sur les draps: son pied est tout écorché sur le dessus…

Chloé se réveille et nous explique qu’hier soir elle n’a pas retrouvé son sac ni son téléphone portable…Les vols sont peu probables mais pas exclus. Nous retournons au club mais il n’y a pas plus de sac ni de téléphone que la veille… Nous postons un avis de recherche sur le groupe de l’événement Facebook, car il y avait aussi son passeport dans son sac.

Alex émerge petit à petit…Il n’est pas très fier de la soirée. Il s’est embrouillé avec un gros relou qui faisait chier toutes les meufs et a failli se battre!!! Oui oui vous avez bien lu!!!! (C’est pas trop le genre d’Alex pour ceux qui ne le connaissent pas). Au moment de rentrer, une fois assis dans le  dinghy il tombe à l’eau avec son portable dans la poche. À deux reprises. Nous apprendrons plus tard par Thomas qu’il est en fait tomber trois fois dans le port très peu profond et a du se faire bien mal… Plus de portable pour Alex…

 

Dans l’attente des nouvelles du sac de Chloé nous décidons d’aller nous balader entre nanas, le stop est toujours aussi efficace!

 

 

 

 

L’heure est aux confidences sur notre façon d’être et ce vers quoi nous aimerions évoluer…

 
 
 
 

 

 

 

 On dirait pas comme ça mais Chloé est en panique, elle rentre dans deux jours à Paris, et n’a pas réservé son retour Charles de Gaulles/Dunkerque. Sans passeport et sans téléphone tout ça va être très compliqué…

 La bonne nouvelle arrive en fin de journée: quelqu’un s’est trompé de sac et est parti avec celui de Chloé! Et le portable est à l’intérieur!!! Ouf!!!!!

 

 

 

Chloé plonge à l’eau récupérer sa fleur qui s’est envolée…Elle n’est pas « trop choue »?

 
 
 
 

Après le gâteau basque, je convertis aussi Chloé à la danse tahitienne qu’elle trouve lumineuse et magnifique!

Nous prenons en plus des cours collectifs, des cours quasi particuliers qui reprennent les bases!

 

 

 

 

 

Les filles repartent de Diatomée des souvenirs plein la tête et sont aussi très heureuses de retrouver leur proches. 

 

L’office du tourisme de Tahiti a commandé à Alex des photos de baleines avec un apnéiste, pour cela il faut être très peu dans l’eau. Thomas nous organise une sortie privée car il n’a pas de client.  Cela reste compliqué car bien souvent la baleine vient nous voir mais repart aussitôt et je n’ai pas envie de m’approcher dès la première rencontre. Il faudrait une vraie interaction avec des animaux curieux mais finalement, cette configuration de rêve que tout le monde attend n’est pas si fréquente… 

 

 

 

 

 

 

 

Mes moments préférés sont ceux où je palme main dans la main avec Alex dans le bleu en direction d’un souffle aperçu au loin et de savoir qu’une baleine peut apparaitre à tout moment sous nos yeux…

Ici nous avons aperçu sa pectorale blanche dans les profondeurs et nous avons attendu qu’elle remonte sur nous avec son baleineau…Incroyable!

 

 

 

 

 

 

 

À suivre…

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© La Route Salée